Portail hippique
Connexion
Pseudo

Mot de passe



Mot de passe perdu ?

Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !
Navigation

/  Index des forums » LE GALOP » Courses de plat

     ≡  PRIX GANAY 2005 (gr. I, Longchamp) : Bago


Nouveaux en premier  
 


§LALO # 6 ≡ Re: Prix Ganay 2005
Groupe I
Groupe I
LALO
1591 posts depuis
le 4/8/2004
De : R.P
INCROYABLE !!!
MEME DANS LIBÉRATION, ON PARLE DU PRIX GANAY ET DE BAGO
POUR CEUX QUI VEULENT LIRE L'ARTICLE DE #proscrit_sur_CF# :




Hippisme. Vainqueur de l'Arc de triomphe en 2004 à 3 ans, le galopeur tente sa chance dans le Prix Ganay à l'âge où il pourrait faire l'étalon.
Le beau pari du vieux Bago

Par #proscrit_sur_CF#
samedi 23 avril 2005 (Liberation - 06:00)


dimanche, à Longchamp, c'est le Prix Ganay. Ce n'est franchement pas la course la plus connue du grand public. Et pourtant... C'est à elle que revient l'honneur d'accueillir les héros de la saison précédente. Le problème de cette course, c'est que les galopeurs qui ont atteint un certain statut à l'âge de 3 ans préfèrent en général arrêter leur carrière de course et entrer au haras, pour y devenir étalons ou poulinières. Du coup, le Prix Ganay, bien qu'il constitue une suite logique après une victoire dans l'Arc de triomphe, s'en trouve souvent déshabillé. Mais cette année, la course ne sera pas nue : après un repos hivernal, le lauréat du dernier Arc, Bago, a choisi le Ganay pour renouer avec la compétition. Après s'être affirmé l'an dernier comme un jeune prodige (il était âgé de 3 ans), il tombe cette année dans la catégorie des «vieux» (les pur-sang âgés de 4 ans et plus). Un sacré challenge l'attend puisque ses propriétaires, les héritiers de Stavros Niarchos, le rival d'Onassis, veulent le voir remporter l'Arc pour la deuxième année consécutive, ce qui ne s'est plus vu depuis Alleged (1977-1978). Et rares sont ceux qui ont tenté le coup.

Piment. Les chevaux de course naissent généralement entre février et avril. Puis, chaque 1er janvier, ils vieillissent administrativement d'un an. L'élite des pur-sang commence à en découdre dès l'été de ses 2 ans. Mais l'âge idéal, pour un crack, c'est 3 ans. La faute à nos voisins anglais, inventeurs et codificateurs de la plupart des sports. Avant de décider que le football se jouerait à onze et le rugby à quinze, l'Angleterre a en effet imposé, un jour de 1780, que le meilleur cheval de course soit sacré lors de sa troisième année. Leur «finale de la Coupe du monde des pur-sang», qui allait servir de yard-étalon, s'appelait le Derby d'Epsom. Chaque premier samedi de juin, il oppose toujours les seuls chevaux de 3 ans, sur 2 400 mètres. En 1920, les Français ont ajouté du piment à la sauce en créant le Prix de l'Arc de triomphe. L'innovation principale de la plus grande course française, c'est qu'elle est ouverte à tous les chevaux de 3 ans et plus. C'est un conflit de générations. En dépit de l'audace française, le palmarès de l'Arc donne raison aux Anglais, puisque la grande majorité des gagnants est âgée de 3 ans.

Outre l'aspect statistique, pourquoi les propriétaires de pur-sang rechignent-ils autant à laisser leur cheval en activité à 4 ans ? La première explication est financière : quand un cheval a déjà amplement fait ses preuves étant jeune, sa valeur comme étalon est acquise. Pourquoi prendre le risque de déprécier sa cote en remettant son titre en jeu à 4 ans ? Les saillies de pur-sang atteignent aujourd'hui 400 000 euros pièce (le record appartient toujours à feu Northern Dancer qui, dans les années 1980, saillissait pour un million de dollars). Et ce tarif unitaire est à multiplier par 100, 200 ou 300 (le nombre de juments saillies par un même étalon en une année) pour obtenir le chiffre d'affaires annuel d'un grand chef de race international : 40, 80, 120 millions d'euros de rentrées par an...

L'autre motif est sportif : les joutes au plus haut niveau marquent le cheval, aussi bien physiquement que moralement. Sur la brèche depuis le printemps de leurs 2 ans, certains coursiers ne se remettent jamais du parcours du combattant qui les a menés à l'Arc. L'entraîneur a donc une tâche délicate pendant l'hiver des 3 ans : il faut faire décompresser le cheval sans qu'il perde trop de muscle ni ne prenne trop de graisse... puis il faut lui remettre la pression alors que, si c'est un mâle, son caractère devient de plus en plus marqué. Certains refusent de s'entraîner, tentant de se débarrasser de leur jockey ; d'autres ne veulent plus accélérer dans la ligne droite, mettant la tête de côté au moment crucial (synonyme du feu stop à l'arrière de nos automobiles).

Combats. La présence de Bago, dimanche, tient à deux éléments principaux. Financier : le marché des très grands étalons commence à être un peu embouteillé et, pour exploser, il faut avoir donné de plus en plus de gages pendant la carrière de courses. En gagnant l'Arc une deuxième fois, Bago s'imposerait plus facilement au haras. Physiques et moraux : après avoir été un champion à 2 ans, il a connu des problèmes de santé qui lui ont évité les combats trop difficiles au printemps de ses 3 ans. Sa longévité est celle d'un pur-sang dont la carrière a été préservée par le sort. Dimanche soir, si le Prix de l'Arc de triomphe est encore loin, Bago devrait y voir un peu plus clair.
23.04.05 - 09:58 Profil Visiter le site
 

   

Rechercher

Mots clés :    

[ Recherche avancée ]

Permissions

Vous ne pouvez pas créer un sujet.
Vous ne pouvez pas éditer les sujets.
Vous ne pouvez pas ajouter des sondages.
Vous ne pouvez pas attacher des fichiers.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets.
Vous ne pouvez pas supprimer.
Vous pouvez voter.
XML / RSS

  • Rendez-vous sur C-F.fr

  • c-f.fr trot


    courses-france.com reste en ligne en tant qu'archive mais n'est plus en service.

    Rejoignez la communauté sur C-F.fr

    Les anciens membres de courses-france.com doivent aussi créer un nouveau compte pour pouvoir se connecter sur C-F.fr


    - Page créée en 0.08 Secondes -