Portail hippique
Connexion
Pseudo

Mot de passe



Mot de passe perdu ?

Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !
Navigation

/  Index des forums » DIVERS » De tout et de rien...

     ≡  nouvelle


Nouveaux en premier  
 


§coralie54 # 11 ≡ Re: nouvelle
Groupe I
Groupe I
coralie54
1082 posts depuis
le 27/7/2003
De : Agincourt à côté de Nancy (54)
oui bravo c super marrant d'avoir mélanger les générations comme ça!!!
fodré ke je vous montre un de ces jours la nouvelle ke j'avais écrit lorsque state of art c tué, en souvenir d'elle... mais bon là même si g respecté les générations c les caractères , conformations, robes des chevaux et même des faits que j'ai changé dedans mais si vous voulez je la mettrai quand même!!pr résumer à part la date, les jockeys et les noms des chevaux le reste c plutot du modifier par moi enfin voilà koi,lol!
sinon encore bravo alice ta prof a intéré à te mettre une bonne note!


Merci à tout ceux grace à qui je vis chaque jour des moments inoubliables depuis avril 2004 !
-----
J'ai vu parfois dans le regard d'un cheval la beauté inhumaine d'un monde d'avant le passage des Hommes ... BARTABAS
01.04.04 - 19:28 Profil Visiter le site

Anonyme # 12 ≡ Re: nouvelle



oui, bravo miss, c'est terrible! moi il faudrais que je vous écrive l'essai que j'ai fait cet année, c'est comme une composition en fait... pour les lycéens qui connaissent... lool, j'ai eu un 17!! :-D lool, comment j'étais contente, au bac blanc j'ai eu 15,5 donc ça se vaut... ptdr :-D :tongue: nananananer...
bon, je suis folle des fois je sais... mais pour sûr, elle a intéret à te mettre une sacrée bonne note, c'est super bien imagoiné et mis en scène!
01.04.04 - 20:00

§coralie54 # 13 ≡ Re: nouvelle
Groupe I
Groupe I
coralie54
1082 posts depuis
le 27/7/2003
De : Agincourt à côté de Nancy (54)
oui jtrouve ossi kel c bien débrouillé hein?? et pis avoir u l'idée de remonter au XVIIème sicèle ac marie antoinette tt ça....c super koi!!! et oui ce seré cool ke tu ns publies aussi ton essai késaco!!!
euh...o fait c koi ton nom parce ke ça mfé tjs bizarre de tapeller késaco phédo, ptdr!!!


Merci à tout ceux grace à qui je vis chaque jour des moments inoubliables depuis avril 2004 !
-----
J'ai vu parfois dans le regard d'un cheval la beauté inhumaine d'un monde d'avant le passage des Hommes ... BARTABAS
01.04.04 - 20:02 Profil Visiter le site

§fan.de.soumimi.pr.tjr # 14 ≡ Re: nouvelle
Groupe I
Groupe I
fan.de.soumimi.pr.tjr
869 posts depuis
le 3/9/2003
De : Saverne
bravo alice,bon,j'avais deja lu tout ça,mais franchement,elle est super!!!! le nom a kesaco c'est Virgnie!!
au faite,vivi,dsl (si ça te perturbe) de plus venir sur msn mais plus moyen de me co,mais tu me manque bocou bocou;comme tt ceux que j'ai sur msn,mais surtout mes grand parents pieux....lol,bisoussesssssss
01.04.04 - 22:08 Profil Visiter le site

§coralie54 # 15 ≡ Re: nouvelle
Groupe I
Groupe I
coralie54
1082 posts depuis
le 27/7/2003
De : Agincourt à côté de Nancy (54)
merci,lol!! j'préfère sinon g l'impression de m'adresser à un équidé, ça mfé bizarre,lol!!! :-D


Merci à tout ceux grace à qui je vis chaque jour des moments inoubliables depuis avril 2004 !
-----
J'ai vu parfois dans le regard d'un cheval la beauté inhumaine d'un monde d'avant le passage des Hommes ... BARTABAS
01.04.04 - 22:10 Profil Visiter le site

§dreuf # 16 ≡ Re: nouvelle
Groupe II
Groupe II
dreuf
636 posts depuis
le 27/3/2004
Belle histoire,

maintenant il faut espérer que ta prof fasse un effort de compréhension pour rentrer dans l'univers des courses hippique.
02.04.04 - 07:58 Profil

§fOrMoLo # 17 ≡ Re: nouvelle
Groupe III
Groupe III
fOrMoLo
311 posts depuis
le 16/3/2004
De : beu
Coralie met ton texte sur State Of Art, STP?????????? :-D :-?
02.04.04 - 20:15 Profil

§fOrMoLo # 18 ≡ Re: nouvelle
Groupe III
Groupe III
fOrMoLo
311 posts depuis
le 16/3/2004
De : beu
Offet tro belle nouvelle Alice!!!!!!!!!!!!!!!! 8-) :-D
02.04.04 - 20:19 Profil

§coralie54 # 19 ≡ Re: nouvelle
Groupe I
Groupe I
coralie54
1082 posts depuis
le 27/7/2003
De : Agincourt à côté de Nancy (54)
bon d'accord j'essaie mais vous moquez pas svp, g un ptit peu beaucoup extrapolé d'accord??? ;-)

La Course.
A State of Art, décédée le 14 Septembre 2003.


Les chevaux piaffaient d’impatience dans les stalles. Le départ allait être donné dans quelques secondes à peine.
C’était un bel après-midi d’automne.
Le temps était doux, le vent soufflait doucement, se glissant entre les feuilles des platanes qui bordaient la lice, comme un spectateur se frayant un passage à travers la foule.
Le ciel était d’un bleu limpide et le soleil baignait de lumière l’enceinte de l’hippodrome tandis que quelques nuages discrets observaient la scène avec curiosité.
Des milliers de spectateurs s’amassaient dans les tribunes combles en cette journée riche en évènements.
Tous s’étaient déplacés afin d’admirer un poulain gris nommé Dalakhani.
Champion de sa génération, il faisait beaucoup parler de lui en cette veille du célèbre Prix de l’Arc de Triomphe.
Cependant, bien que le jeune étalon aux lignes harmonieuses ait quitté la piste et se soit retiré dans son box en vainqueur depuis plusieurs minutes, la tribune ne désemplissait pas.
Effectivement, tous se préparaient à présent à assister au prix réservé aux pouliches, seconde course importante du jour.
A droite de State of Art, la jument grise, une grande alezane dégingandée nommée Mandéla se cabrait, obligeant son jockey à se tenir aux parois capitonnées.
State of Art était contrariée de se tenir à côté de cette jument hautaine à la démarche snobe, à l’image de sa propriétaire d’ailleurs, une riche femme de banquier.
Vallée Enchanté, qui portait le numéro trois, refusait d’obéir et reculait obstinément, nécessitant l’intervention d’un starter pour l’amadouer.
Alors, enfin, elle entra dans sa stalle d’un pas vif alors que la porte claquait derrière elle.
La pouliche grise l’avait déjà rencontrée auparavant. C’était une bête capricieuse, entêtée mais sûre d’elle, consciente de sa valeur. Somme toute une concurrente sérieuse.
State of Art, elle aussi s’impatientait. Elle était entrée au même moment que Yesterday, l’une des favorites et que Mezzo Soprano, une belle bête noire aux reflets cacao. Mezzo Soprano restait calme, attendant que les portes s’ouvrent en observant le long ruban de la piste qui se déroulait devant elle.
Celle-ci était nettement plus sympathique aux yeux de la pouliche. Jolie mais modeste, gracieuse et pleine de volonté elle avait tout pour plaire.
State of Art, elle, se sentait différente des autres bien que toutes les participantes aient le même âge: trois ans.
Une période de la vie difficile où les jeunes pouliches qu’elles étaient ne pensent qu’à caracoler pour se faire remarquer.
Elles osaient même faire de l’œil au vieil hongre monté par un personnel de l’hippodrome qui restait froid et distingué devant cette flambée de croupes concupiscentes.
Elle était la plus belle, elle voulait gagner.
State of Art, unique jument grise de la course, sentait croître en elle son désir de galoper à la poursuite du vent, stimulée par son jockey.
Celui-ci, Christophe Soumillon, était l’un des plus jeunes et plus talentueux de son époque.
Contrairement à sa monture, il était calme, serein.

Il la flattait, juste à la base de l’encolure, l’endroit que préférait la belle.
Tout en lui parlant à l’oreille, il lui lissa la crinière et déposa un baiser dans son cou, tentant de tempérer cet être plein de fougue.
Curieuse, State of Art continuait de regarder devant elle, les naseaux frémissants et la tête fièrement redressée.
Il sentait qu’elle était prête.
En effet, depuis plusieurs mois, elle n’avait participé à aucune course, écartée momentanément des hippodromes à la suite d’une mauvaise blessure à l’un des antérieurs.
Mais à présent, elle allait pouvoir donner toute sa mesure et prouver aux autres qu’elle les dominait toutes, autant qu’elles Dans les tribunes où les gens se tassaient, on distinguait parmi les corsages blancs en cette journée excessivement chaude pour un 14 septembre, le costume gris du propriétaire de State of Art.
Il se mordait les ongles, en prise à l’anxiété.
Il savait que sa jument était au plus haut de sa forme. Il l’avait spécialement préparée à cette compétition importante pour sa carrière.
D’ailleurs, elle paraissait plus belle que jamais, l’œil vif, la queue haute, sans un soupçon de graisse superflue.
L’homme admirait beaucoup sa jument, la plus brave qu’il n’air jamais rencontrée.
Et à la maison , c’était un amour: douce et démonstrative, elle n’était pas avare lorsqu’il s’agissait de donner de l’affection.
Quant à sa robe, elle luisait au soleil. Des reflets métalliques et truités s’y mêlaient, on eût cru une mer houleuse un jour de grand vent.
En réalité, l’homme ne redoutait qu’une chose: l’excès de tempérament de sa pouliche qui lui avait joué un bien mauvais tour plusieurs mois auparavant.
Elle s’effarouchait pour un rien, au risque de se blesser par ses écarts incongrus.
Ce jour là, la jeune pur-sang caracolait, débordante d’énergie à la sortie des stalles.
Elle avait bondi en avant, heurtant deux proches concurrents et s’était blessée à l’antérieur.
Malgré sa blessure, elle avait galopé à la limite de ses forces pour recoller au peloton, le mors aux dents, empêchant irrémédiablement son jockey de la stopper.
Après la course, elle avait enfin consenti à ralentir et le vétérinaire l’avait examinée.
Son diagnostique était sans appel.
Il fallait un minimum de trois mois de repos à la jument, accompagnés d’un traitement avant qu’elle ne soit autorisée à reprendre l’entraînement.
State of Art en avait souffert, condamnée à n’effectuer que des tours de pas sans pouvoir esquiver la moindre foulée de trot. Son énergie était donc décuplée et quand la sonnerie annonçant l’ouverture des portes retentit, onze corps musculeux s’élancèrent sur le gazon tandis que la voix du speaker s’élevait pour commenter l’épreuve.
Des mottes de terre furent projetées en tous sens par les sabots ferrés fracassant le sol à un rythme endiablé.
Immédiatement, Butterfly Blue prit le commandement de la course.
C’était une sprinteuse, incapable de parcourir les deux mille quatre cents mètres à cette allure.
Elle n’était là que pour imprimer un faux train afin de faciliter le parcours de sa compagne d’écurie, la brune Yesterday.
Elle se tenait fidèlement à son rôle, bien que désabusée de se cantonner à tenir la tête en début de course pour voir finalement la précéder sa compagne de boxe.

(la suite en de-ssous ;-) )


Merci à tout ceux grace à qui je vis chaque jour des moments inoubliables depuis avril 2004 !
-----
J'ai vu parfois dans le regard d'un cheval la beauté inhumaine d'un monde d'avant le passage des Hommes ... BARTABAS
02.04.04 - 22:10 Profil Visiter le site

§coralie54 # 20 ≡ Re: nouvelle
Groupe I
Groupe I
coralie54
1082 posts depuis
le 27/7/2003
De : Agincourt à côté de Nancy (54)
Cependant, Christophe Soumillon ne s’y trompa pas. Il avait prévu cette tactique, courante dans le milieu hippique.
Aussi voulut-il préserver la pointe de vitesse de sa monture en la calant contre la corde derrière Fidélité qui fermait la marche.
Pourtant la pouliche grise se débattait fortement après s’être précipitée avec allégresse à la sortie des stalles.
Elle était toujours comme ça: dotée d’un caractère difficile, ombrageuse, comme la plupart de ses semblables.
Mais elle était brave, téméraire et énergique. Elle ne supportait aucune contrainte et n’appréciait pas que son jockey la retienne.
Elle voulait allonger ses foulées, rejoindre Yesterday, la dépasser en trombe ainsi que Vallée Enchanté et franchir la ligne d’arrivée en tête, fière et la robe à peine humide.
Le propriétaire surveillait sa jument, reconnaissable dans la masse du peloton par la casaque rouge de son jockey.
Il voyait bien qu’elle accélérait malgré les tentatives infructueuses de Christophe pour la retenir.
Elle s’élança dans le premier tournant avec la même ardeur, presque sans se pencher. Son galop était d’un miracle de grâce, d’équilibre et ses sabots touchaient à peine le sol.
Une concurrente vint se placer juste devant elle, au grand soulagement de son jockey qui espérait ainsi lui accorder un court répit bien mérité.
Les pouliches laissèrent derrière elle le tournant et aboutirent à la fausse ligne droite. Elles gonflèrent leurs muscles, prêtes à un effort supplémentaire mais leurs jockeys les retenaient encore.
Seule Butterfly Blue, continuait au même rythme, fouaillée de la cravache par son cavalier ce qui ne suffit pas: elle commençait visiblement à ralentir, harassée par cette course qu’elle menait depuis le début.
Soudain, Fidélité commença à débloquer pour s’élancer en pleine piste.
Alors à cet instant, State of Art tendit son encolure à l’extrême, ses oreilles écrasées sur son crâne, ses yeux d’ordinaire si doux flamboyants de colère.
Christophe Soumillon sentit les muscles de la jument se contracter et il ne put rien faire lorsqu’elle accéléra de nouveau, faisant preuve d’une énergie sans cesse renouvelée.
Elle souffla bruyamment de ses naseaux dilatés et entraîna son jockey dans la masse de croupes brunes et alezanes qui se balançaient devant elle.
Elle était tellement fière, pleine d’ambition et de courage.
Lorsqu’elle prenait une décision, elle s’y tenait, n’écoutant que sa bravoure et ignorant la fatigue.
Or, elle avait décidé de gagner; elle irait jusqu’au bout.
Le soleil se reflétait sur sa robe écumante de sueur mais elle ne faiblissait pas.
La caméra de télévision délaissa l’arrière du peloton pour fixer les chevaux de tête.
On ne distinguait rien tant les corps des chevaux se confondaient.
Seule une chose était sûre: cette course était passionnante!
Brusquement, on vit Butterfly Blue trébucher, se redresser et ralentir, vidée de ses forces.
Elle n’apparut bientôt plus dans le champ de la caméra alors que l’ultime tournant s’amorçait déjà.
Vallée Enchanté et Whortleberry, une alezane aussi fine qu’un oiseau, étaient à la lutte, tête contre tête.
Enfin, la ligne droite avec la piste qui se déroulait d’une traite vers la ligne d’arrivée, plus que quatre cents mètres.
Mezzo Soprano, en dernière position au tournant précédent se rapprochait maintenant dangereusement, lancée à plein bras par son jockey ainsi que Fidélité.
La ligne d’arrivée se rapprochait de seconde en seconde et le peloton n’était qu’un immense balai de cravaches agitées en l’air et de casaques multicolores.
Les spectateur s’étaient dressés d’un coup dans un bruit de tonnerre, l’atmosphère était brûlante.
Chacun encourageait de la voix son favori en agitant son journal mais on ne distinguait plus la couronne de cheveux blancs du propriétaire de la jument grise dans la foule compacte.
Il était impossible de discerner quoi que ce soit et lorsque dix chevaux franchirent la ligne d’arrivée, nul ne savait qui avait remporté cette course fabuleuse où onze partants avaient fait preuve d’un courage immense durant cette longue épreuve.
Un cri s’éleva des tribunes et les turfistes se rassirent alors que l’inscription « photo » s’affichait en grosses lettres sur le panneau lumineux.
Cela signifiait qu’il fallait à présent patienter jusqu’au développement de l’arrivée sur image pour connaître le nom de la pouliche gagnante.
Pendant ce temps, les chevaux galopèrent encore sur cinquante mètres, en ralentissant progressivement afin de reprednre leur souffle.
Tous étaient haletants, leurs membres fatigués et le poitrail couvert d’écume.
Enfin sur le panneau s’afficha en majuscules le chiffre 5.
C’était Mezzo Soprano, la jolie pouliche brune qui était parvenue à revenir de très loin, battant Yesterday d’une courte tête.
Fidélité prit la troisième place, après avoir jailli telle une balle du groupe de chevaux fermant la marche.
Ensuite, venaient Vallée Enchanté, la courageuse Whortleberry, toujours discrète mais efficace, et Mandéla à une longueur qui avait très bien fini.
Tous se dirigèrent alors dans la joie vers le cercle réservé au vainqueur.
Les pur-sang furent descellés et ramenés à leurs boxes par les lads tandis que leurs jockeys couraient au pesage pour laisser place aux prochains concurrents.
Puis, les parieurs allèrent toucher leurs gains alors que les autres turfistes se hâtaient de rejoindre la piste pour assister à l’épreuve suivante.
Ce que personne n’avait remarqué c’est que dix chevaux seulement étaient rentrés à la pesée.
Or, ils étaient onze au départ.
Le corps de la valeureuse State of Art gisait à la sortie du dernier tournant dans l’ignorance générale.
Son jockey se tenait agenouillé à ses côtés, les joues baignées de larmes, tandis que le vétérinaire lui administrait le poison mortel qui allait l’endormir à jamais…
Elle eut un sursaut une seconde puis ne bougea plus.
State of Art était partie pour toujours, après avoir donné toute sa force et sa volonté dans cette course qui lui avait été fatale lorsque, dérapant dans le virage, elle s’était brisée un membre.
Tandis que le personnel de l’hippodrome s’agitait autour du corps sans vie de la pouliche, désireux d’évacuer la piste au plus vite, un journaliste effronté franchit la lice et prit un cliché alors que Christophe Soumillon, dont le corps se soulevait convulsivement, déposait tendrement la tête de la pouliche sur ses genoux, ses beaux yeux clairs clos à jamais.
Et c’est la seule gloire qu’elle obtint pour sa fougue et son courage impétueux, la belle State of Art…

FIN!

pitié rigolez pas, d'accord dedans christophe soumillon pleure et dans la réalité ça m'étonnerait beaucoup que cela ait été le cas et il y a des tas d'inexactitudes mais n'y faites pas gaffe SVP!!!merci de me tenir ce que vous en pensez quand même ! ;-)


Merci à tout ceux grace à qui je vis chaque jour des moments inoubliables depuis avril 2004 !
-----
J'ai vu parfois dans le regard d'un cheval la beauté inhumaine d'un monde d'avant le passage des Hommes ... BARTABAS
02.04.04 - 22:13 Profil Visiter le site
 

   

Rechercher

Mots clés :    

[ Recherche avancée ]

Permissions

Vous ne pouvez pas créer un sujet.
Vous ne pouvez pas éditer les sujets.
Vous ne pouvez pas ajouter des sondages.
Vous ne pouvez pas attacher des fichiers.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets.
Vous ne pouvez pas supprimer.
Vous ne pouvez pas voter.
XML / RSS

  • Rendez-vous sur C-F.fr

  • c-f.fr trot


    courses-france.com reste en ligne en tant qu'archive mais n'est plus en service.

    Rejoignez la communauté sur C-F.fr

    Les anciens membres de courses-france.com doivent aussi créer un nouveau compte pour pouvoir se connecter sur C-F.fr


    - Page créée en 0.13 Secondes -