Portail hippique
Connexion
Pseudo

Mot de passe



Mot de passe perdu ?

Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !
Navigation
Qui est en ligne ?
#63 invité(s)
#1 membre(s)
#16151: Membres enregistrés

mpavin47

Vous êtes Anonyme.
Inscrivez-vous maintenant !

 
Echos  » Edouard aux mains d’argent
Envoyé par PEINTRECELEBRE le 18/9/2004 1:14:23

On l’oublie trop souvent, la tradition peut parfaitement s’accommoder de la modernité, pour peu que les velléitaires soient mus par le respect du passé, une volonté de fer et une grande lucidité sur les exigences du présent.
Respectueux des traditions, Edouard de Rothschild l’est sans doute, son titre en attesterait à lui seul, puisque né d’une vieille famille de banquiers d’affaires - entre autres -, dont les rênes se transmettent de père en fils.
Volontariste, il l’est aussi et nombre d’observateurs se sont félicités des premières mesures de sa mandature, parmi lesquelles les Dimanche au Galop, la nouvelle communication ou plus récemment la reconduction du partenariat avec le Groupe Lucien Barrière, dans des conditions financières qui font honneur au mécène, mais surtout au prestige de l’Arc.
Progressiste, Edouard vient de démontrer qu’il l’est également, depuis l’annonce de la révolution culturelle qui pourrait toucher le monde du galop, et que d’aucuns qualifieront d’hérésie pure et simple, d’autres de grand bond en avant.
Pour ma part, je souscris globalement à cette réforme innovante et pleine de vie - oui - même si nombre de questions restent en suspens.


Echos  » Les dieux sont tombés sur la tête !
Envoyé par SeaBird le 18/9/2004 0:14:26

Préparons les bûchers !...

Après la lecture du Paris Turf de jeudi, où étaient tracées les grandes lignes d’un programme de courses rénové en remplacement de l’ancienne liturgie jugée obsolète par ces nouveaux hérétiques que sont messieurs Edouard de Rothschild et Louis Romanet, les fidèles de la grande religion du galop, dont je suis, ont pu penser que le pontife du 46 place Abel Gance et son thuriféraire avaient transformé ce lieu en pandémonium, ou bien que chacun d’eux s’étaient pris un grand coup d’ostensoir sur la mitre.
Pour autant mes frères devons-nous préparer les bûchers, attendre la repentance de deux larrons ayant cédé au malin ou, comme Luther, préparer la réforme de notre église ?

Etat des lieux :


Echos  » La confusion des sentiments
Envoyé par PEINTRECELEBRE le 17/5/2004 22:05:00

Ce titre, pillé sans vergogne au patrimoine littéraire allemand évoque un week-end classique qui nous aura apporté beaucoup de ce que le sport hippique est capable de susciter comme émotions.

1/ La joie

L’élevage français à l’honneur (dans le Lupin, les deux premiers « nés et élevés » !) avec notamment ses étalons maison : Bering, Linamix (en folie en ce moment), Trempolino ou Valanour, fonctionnaire inattendu. Bering est par ailleurs le père de mère de Torestrella.

2/ Le frisson

On a souvenir de Dayjur, (fils de Danzig, comme Antonius Pius…), sprinter phénoménal, un des plus grands de l'histoire, qui avait course gagnée dans une édition de la Breeder’s Cup Sprint mais qui, effrayé par une ombre « sauta » par-dessus, ce qui lui coûta la victoire.
Mais ce qu’on a vu Dimanche…



- Page créée en 0.13 Secondes -