Portail hippique
Connexion
Pseudo

Mot de passe



Mot de passe perdu ?

Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !
Navigation
Qui est en ligne ?
#51 invité(s)
#23 membre(s)
#16160: Membres enregistrés

scotto, AUT, tlemon, boheme, ITS, titiduc, fred69, polair, LALO, FPII, SGO, boubert, cristina, auvelais, moumoutt, MATTHIEU73, zalka, alain14, iroisebleue, harion, nicopay, Marc-L, canderel

Vous êtes Anonyme.
Inscrivez-vous maintenant !

Echos  : Edouard aux mains d’argent
Envoyé par PEINTRECELEBRE le 18/9/2004 1:14:23

Edouard aux mains d’argent

On l’oublie trop souvent, la tradition peut parfaitement s’accommoder de la modernité, pour peu que les velléitaires soient mus par le respect du passé, une volonté de fer et une grande lucidité sur les exigences du présent.
Respectueux des traditions, Edouard de Rothschild l’est sans doute, son titre en attesterait à lui seul, puisque né d’une vieille famille de banquiers d’affaires - entre autres -, dont les rênes se transmettent de père en fils.
Volontariste, il l’est aussi et nombre d’observateurs se sont félicités des premières mesures de sa mandature, parmi lesquelles les Dimanche au Galop, la nouvelle communication ou plus récemment la reconduction du partenariat avec le Groupe Lucien Barrière, dans des conditions financières qui font honneur au mécène, mais surtout au prestige de l’Arc.
Progressiste, Edouard vient de démontrer qu’il l’est également, depuis l’annonce de la révolution culturelle qui pourrait toucher le monde du galop, et que d’aucuns qualifieront d’hérésie pure et simple, d’autres de grand bond en avant.
Pour ma part, je souscris globalement à cette réforme innovante et pleine de vie - oui - même si nombre de questions restent en suspens.

  1. Distance du Jockey-Club ramenée à 2.100 mètres : on y verra donc les milers (Poule d’Essai mais aussi ex-Jean Prat, voir ci-dessous) se confronter aux poulains issus des poules de produit, ce qui n’est rien d’autre qu’un retour vers… la tradition classique, et le plateau de notre Derby s’en trouvera rehaussé car il est vrai que la valeur de grands récents vainqueurs côtoie la médiocrité de nombres de lauréats et de placés (malgré cela, attention quand même à l’auto-justification, car la valeur de sélection de notre Jockey-Club n’est pas une vue de l’esprit).
    Par ailleurs, le parcours de Chantilly est suffisamment sélectif pour faire de ce Derby un bon test de tenue même sur 2.100. Dès lors, la suppression du Lupin se trouve bien évidemment justifiée, si besoin en était. Nombreux sont ceux qui regrettaient déjà les « stayers » d’antan ne serait-ce que pour le spectacle, mais c’est un fait, l’élevage, mondialisé comme toute chose, se concentre davantage sur la vitesse que sur la tenue (seuls ou presque parmi les étalons, les « Sadler’s Wells » résistent) et le programme français doit impérativement s’adapter.

  2. Pour autant la tenue n’est pas oubliée, puisque l’on parle d’un Groupe 1 de 2.400 mètres pour les 3 ans mi-Juillet. Est-ce pour légitimer ce qui précède ?

  3. D’accord, dans le principe, mais pourquoi pas fin Juin, (en même temps que ce Groupe 1 de 2.400mètres dont il est question à juste titre, sorte de succédané de feu le Grand Prix de Saint-Cloud, les 3 ans en moins, qui s’étaient déjà exclus eux-mêmes ou quasiment). Cela laisserait un temps de récupération raisonnable avant les joutes automnales. Placé une semaine avant le Derby d’Irlande, ce nouveau groupe 1 ne lui porterait pas plus « ombrage » que s’il était programmé une semaine après. Et du coup, on continuera à l’appeler tout simplement… Grand Prix de Paris ce qui évitera bien des scrupules. On constatera que dans sa version 2.000 mètres, ce Grand Prix affiche tout de même à son palmarès 4 vainqueurs de l'Arc de Triomphe, mais 3 s’étaient illustrés dans le Jockey-Club.
    Tout cela rehausse à mon sens le prestige du programme classique, ce qui est un élément éminemment important pour la promotion de nos courses en matière d’élevage notamment, mais aussi d’accroissement du propriétariat national et international, et donne l’impression que l’Arc conforte sa réputation d’épreuve de vérité.

  4. Le Jean Prat passe à 1.600 mètres, en Juillet : pourquoi pas aussi, pour les battus de Chantilly peu désireux d’en découdre à Ascot ou à Goodwood. Il est bien normal que les 3 ans français se voient dédier deux Groupe 1. De là à augmenter, son allocation de 200 000€… (à vrai dire on peut se demander si les instances de France Galop ne sont pas tout simplement indécises et surtout tracassées par cette épreuve… il vaudrait mieux porter ailleurs l’effort financier).

  5. Merci SVP d’en profiter pour ramener l’Ispahan à 1.600 mètres.

Rien n’est fait bien sûr, la réforme devant être soumise à l’approbation du Pattern Comitee, et les anglais ne manqueront pas de contrarier les projets français, surtout après ce que leur a fait Zizou cet été, dès lors qu’ils estimeront leurs intérêts menacés. Le sujet, à peine effleuré ici, est vaste et méritera à n’en pas douter de futurs développements notamment à charge.

Pour finir avec notre Président réformiste, je lisais dans Le Point de fin Août un article consacré aux relations privées qu’entretient le petit Nicolas Sarkozy, l’actuel intendant des deniers de la nation, avec les grands patrons français. Ou l’on apprend qu’il avait des liens quasi paternels avec feu Lagardère, et quasi fraternels donc avec Arnaud.
Mieux. Il est un ami de Edouard de Rothschild : ils partent en vacances ensemble !. Tout le monde s’en contrefout bien évidemment, sauf nous, les aficionados de la chose hippique (surtout la plate) puisque Edouard est, on l' a vu, le grand ordonnateur de France Galop et que le ministre en question est, paraît-il, du bois dont on fait les présidents*.
L’histoire pourrait se répéter puisqu’il était de notoriété publique que Jean-Luc Lagardère était un ami de l’actuel pensionnaire de l’Elysée. On peut supposer que ce lien permit notamment d’intégrer le monde courses et de l’élevage hexagonal à la réforme fiscale mise en œuvre en 2003 (application de la fiscalité agricole bien plus avantageuse, dépressurisation de la ponction des revenus d’étalons...) Mais avec Sarkozy à l’Elysée, très libéral et bien plus allergique à l’impôt que son éventuel futur prédécesseur, on peut imaginer un lobbying très efficace (parce que tout à fait justifié), de la part d’Edouard pour que notre élevage puisse se battre à armes égales avec, par exemple, les britanniques (ce qui doit être le corollaire impératif des modifications évoquées plus haut), ou pour toute amélioration qui irait dans le sens de la filière cheval, et Dieu sait s’il y en a.

p.s. : Courses-France se voulant sinon laïque du moins apolitique, merci de ne pas voir dans ce qui précède, l’expression d’une quelconque orientation de mon vote.

*Un impétrant glissa un jour à l’oreille de De Gaulle qu’il était « du bois dont on fait les ministres », ce à quoi le Général lui répondit qu’il ne manquerait pas de le convoquer dès que serait créé un ministére en bois.

 

Liens relatifs


- Page créée en 0.1 Secondes -