Portail hippique
Connexion
Pseudo

Mot de passe



Mot de passe perdu ?

Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !
Navigation
Qui est en ligne ?
#88 invité(s)
#14 membre(s)
#16151: Membres enregistrés

Betan, PAJA, moutault, tango, quittoudouble, pierrick35, Gribouille29, veve29, FENDER, BeGood, TB, Alicante, david17, Kirikiritablue77

Vous êtes Anonyme.
Inscrivez-vous maintenant !

Plat  : Prix du Jockey-Club 2004
Envoyé par PEINTRECELEBRE le 7/6/2004 20:35:00

Prix du Jockey-Club 2004

De D Day, il en était question également dans le monde des courses européennes.

Avant les derbies

Un peu avant le Derby d’Epsom, on apprend le forfait du favori, Yeats qui restait sur un succès ridicule de facilité dans un « trial ». Même topo dans le Jockey-Club, avec Voix du Nord, accidenté.

1 - Le forfait de Voix du Nord porte le coup de grâce à Dominique Bœuf, noir comme jamais, massacré sur la place publique, l’avant veille par Alec Wildenstein, auteur d’une sortie indigne de lui et de quiconque d’ailleurs (sauf des pelousards qui ont des comportements stricto sensu identiques à celui que je condamne ici).
Wildenstein veut virer son jockey ? Libre à lui et il ne s’en est d’ailleurs pas privé. Mais qu’il s’en tienne aux normes minimales du respect. A t-on jamais vu entraîneur s’en prendre publiquement et avec un tel dédain, à un joueur qui avait raté un penalty, y compris en finale de la coupe du monde? Victime d’une terrible alchimie de circonstances contraires, Bœuf aura-t-il les ressources pour faire front ?

dominique boeuf2 - Après le Lupin, j’invitais la communauté « Courses France » à prier pour l’intégrité physique de Millemix et Voix du Nord. Funeste prémonition, même si bien sûr, je n’imaginais pas un instant des conséquences aussi dramatiques. La disparition de Millemix vient s’ajouter à la liste noire des champions en herbe, fauchés aux portes de la gloire : River Lady, Indian Jones et autres Diamonixa
C’est la vie, comme disent aussi les anglais

3 - Ces forfaits nous privent de la curiosité génétique qui aurait amené Top Ville à la place de père mère des favoris du Derby (Yeats) et du Jockey Club (Voix du Nord), position qu’il occupait déjà dans le pedigree de Montjeu ou Winged Love. Top Ville lui-même avait remporté le derby Français en 1979 sous la monte de Saint Martin et les couleurs de l’Aga Khan.
Transition toute trouvée pour évoquer à nouveau l’influence déterminante du Jockey-Club sur l’élevage européen. Pour preuve : sur les 17 partants annoncés du Jockey Club, on en comptait 11 ayant pour père ou père de mères des chevaux qui y avaient brillé (Sadler’s Wells, Darshaan, Top Ville, Rainbow Quest également père de mère du gagnant du Derby, Marignan, Esprit du Nord, Trempolino)

Après les derbies

1 - A Epsom, American Post a trouvé meilleur(s) que lui sur les 2400 mètres d’un parcours hallucinant qui se conclut par une ligne droite de 700 mètres et qui, à chaque fois que je regarde la course, m’exténue comme si je l’avais parcourue au galop du bipède fumeur que, jusqu’à preuve du contraire, je suis.
North Light qui a hérité de l’endurance de sa mère, a gagné en vrai cheval de tenue, sous la monte à la « Eddery » de l’insondable Fallon. Le meilleur ? Pas sûr ! Surtout quand on a vu la fin de course de Rule Of Law, à 20 longueurs du lauréat à la sortie de Tatenham Corner, mais qui a fini en trombe. Il faut croire qu’à Epsom, il y a encore des irréductibles qui espèrent gagner comme ça alors que, à quelques rares exceptions, ce sont toujours ceux qui restent dans la première moitié du peloton qui… imposent leur loi.
Mais ce Rule of Law était le deuxième Godolphin de la course, et il a couru sans doute dans le même état d’esprit que celui qui conditionnera le lendemain la victoire de Blue Canari, ce qui est certainement un avantage… dans des lots moyens ou pis.
Revenons à American Post, qui se baladait encore à 400 mètres du poteau : il a été suggéré ici qu’il n’était peut-être pas un vrai miler. On sait maintenant que ce n’est pas un classique. Il reste deux options :
- il est moins bon qu’on croyait. Je ne m’y résous pas encore. On le verra dans le Moulin, paraît-il ;
- il sera sans doute l’excellent cheval attendu, mais sur les distances intermédiaires.

2 - On le pressentait, la génération classique française n’avait pas donné les gages irréfutables de sa qualité. Des lignes étriquées, des impressions mitigées… Ceux qui suivent les courses depuis des années, savent qu’ils peuvent souvent se tromper sur la valeur ou les aptitudes de tel ou tel cheval. Mais rarement sur la qualité d’une génération.
A Chantilly, les deux absents étaient sans doute les meilleurs, mais leur qualité n’aurait sans doute pas été suffisante pour rehausser sensiblement le niveau. La course a été limpide et sélective à souhait, et le meilleur du jour a gagné. Attendons maintenant le Grand Prix de Saint-Cloud, dans lequel, m’est avis, on verra quelques protagonistes de ce Dimanche.

Autour des derbies
1 - Bago
2 - Bago
3 - …


Au fait, préférez vous un homme qui vit 4 contes de fée, ou 4 hommes qui en vivent un chacun ?

 

Liens relatifs


- Page créée en 0.09 Secondes -